• Auteur
    Messages
  • #2692

    Président
    Modérateur

    Bonjour,

    en ce début d’année 2019 que je vous souhaite la meilleure possible pour vous et vos abeilles, je vous adresse un petit encouragement à vérifier l’infestation de vos colonies par le varroa. Pour ma part, j’ai traité en début d’automne mes 5 ruches avec le produit Varromed (3 traitements à 7 jours d’intervalle avec les doses indiquées). Après vérification la semaine passée avec des langes graissés, j’ai constaté des chutes de l’ordre de la dizaine (voire plus) de varroas sur 72H. Et ce constat vaut pour toutes mes ruches.

    J’ai donc pratiqué hier 1er janvier un traitement unique avec Varromed. Je pense – sans l’avoir vérifié – que le couvain à cette époque est minimal voire nul, ce qui rend les traitements par dégouttement très efficaces.

    Vous trouverez ci-dessous des clichés de deux langes, sur lesquels vous pourrez constater la chute spectaculaire des varroas  en 24 H, notamment sur la seconde et la troisième photo.

    Mes conclusions (toutes personnelles) :

    – grave infestation sur la plupart de mes ruches pourtant traitées à l’automne. Le traitement flash réalisé en ce début janvier était indispensable.

    – Varromed est très efficace pour les varroas portés par les abeilles mais n’empêche pas les réinfestations liées à la présence du couvain dans lequel les varroas se multiplient.

    – Je pense hélas (pour ce qui me concerne) qu’il faut envisager une combinaison de traitement type Apivar assez tôt en fin d’été et si besoin un traitement flash de type Varromed (ou acide oxalique) hors couvain en hiver. C’est ce qui était d’ailleurs préconisé par le GDSA 83 en 2018.

    Ceux qui ont d’autres expériences à partager dans ce domaine sont les bienvenus.

     

    fichiers attachés:
    You must be logged in to view attached files.
  • #2723

    Jackie
    Participant

    Bonjour Gilles, en retour je t’adresse mes voeux ainsi qu’à tous les adhérents (et les futurs) pour cette année 2019.

    Je mets en pièce jointe un tableau avec mes remarques pour mes 8 ruches type Dadant qui ont eu un traitement lanières Apivar posées en août.

    Malgré que des ruches n’avaient eu aucune chute de varroa en 48 heures, elles ont quand même été traitées.

    Les langes ont été posés le jeudi 4 janvier et le traitement Varromed a eu lieu le samedi 5 janvier.

    Les ruches A, B, C sont des ruches 8 cadres donc sans partitions. Les ruches D, E, H sont des 10 cadres. La ruche F une hausse 4 cadres superposée à une autre hausse 4 cadres. La G une ruchette 6 cadres.

    Ce jour, avec le soleil, toutes les ruches avaient une belle activité avec aucune mortalité anormale sur les planches d’envol ou devant. Je n’ai pas vérifié à l’intérieur des ruches pour voir si des abeilles étaient mortes suite au traitement.

    Comme toi, je n’ai pas regardé s’il y avait du couvain mais avec les nuits assez fraîches je pense qu’il ne doit pas y en avoir ou alors très peu.

    Pour mon cas, je vais utiliser le Varromed comme traitement d’appoint suite à la pose de lanière et au cours de la saison comme avant de transhumer.

    Jackie

     

    fichiers attachés:
    You must be logged in to view attached files.
  • #2726

    Président
    Modérateur

    Jackie, merci de cette étude très intéressante sur ton rucher ! Cela prouve que même si les chutes naturelles paraissent faibles, un traitement de type acide oxalique ou Varromed touche encore pas mal de varroas phorétiques (portés par les abeilles) qui n’attendent que la reprise de ponte de la reine fin janvier pour à nouveau proliférer… L’intérêt supplémentaire dans ton cas c’est que tu avais traité tôt en saison (août 2018) avec Apivar. Comme je l’ai écrit plus haut, cela confirme les études de scientifiques de l’abeille qui conseillaient un traitement flash complémentaire par dégouttement en janvier, hors couvain. Ils avaient constaté qu’Apivar n’était plus aussi efficace ces temps derniers en raison de l’accoutumance des acariens à la molécule d’amitraze.

  • #2738

    Berbel
    Participant

    Bonsoir,

    Voici mes constats:

    je n’ai pas traité mes 3 ruches avec Apivar, mais j’ai utilisé le Varromed au mois de septembre -octobre.Il y avait une chute des varroas importante. J’ai traité 2 ruches 3 fois et une ruche 5 fois parce qu’il y avait encore trop de varroas tombés. Mais juste celle-ci  a  affaibli après la 5 ème fois et maintenant il n’y a plus d’activité, pendant que les deux autres sont encore actives quand le soleil brille entre midi et 3 heures .

    J’ai l’impression que traiter 5 fois est trop pour les abeilles.

    Aujourd’hui j’ai vérifié la chute naturelle des varroas. Résultat : Les deux ruches actives ont 1 varroa chacune (dans 24 heures)

    et celle presque morte aucun.(Il y a encore quelques abeilles dedans,  je peux le constater à cause des grumeaux de cire sur le lange).

    Amicalement

    Berbel

  • #2742

    Jackie
    Participant

    Bonjour, pour être tout à fait complet, j’ai ajouté au tableau la chute varroa + 48 et +72 h après traitement varromed. Il fallait aussi lire le jeudi 3 pour la pose des langes.

    Pour Gilles, Berbel et peut-être d’autres, en y réfléchissant, si nous sommes certains qu’il y a des varroas le jour ou nous faisons le premier traitement varromed en septembre pour préparer l’hiver, combien vont mourir suite à celui-ci et jusqu’au moment d’effectuer le deuxième traitement? Je pense qu’il en restera avant le second qui doit être fait 7 jours après le 1er: mais combien?
    Hors, si tous ces varroas encore vivants se font enfermer dans des alvéoles d’ouvrières quelques heures avant ce traitement; ils ne seront pas « traités » lors de celui-ci  ni même lors du troisième prévu 7 jours après (l’ouvrière reste 10 jours sous son opercule avant d’émerger).
    Ces quelques varroas qui auraient résisté au premier traitement en engendreront combien durant toute cette période « hivernale »? Avec cette météo, il n’y a quasiment pas d’arrêt de ponte.
    3 traitements ce n’est peut-être pas assez  surtout si le traitement est fait début septembre et 5 peut-être trop.

    Pour mon traitement Apivar, je ne pense pas que le seul facteur de présence de varroa encore à cette époque puisse être justifié par l’accoutumance des varroa à l’amitraze mais plus par le fait de  la non interruption de ponte, surtout dans notre région (idem Varromed).
    En ayant participé il y a peu (au cours du mois de décembre) à la récupération d’une colonie sur cire, nous avions constaté qu’il y avait du couvain operculé: alors qu’en était-il dans nos ruches?

    Dans l’attente de résultats d’autres adhérents quelque soit le traitement utilisé.

    Jackie

    fichiers attachés:
    You must be logged in to view attached files.
  • #2746

    Trésorier
    Modérateur

    Bonjour,

    merci à Gilles, Jackie et Berbel pour ces observations. Pour ce qui me concerne, j’ai traité mes ruches à l’APIVAR (mise en place de lanières le 20/08) pendant 12 semaines. J’ai placé des langes sous mes ruches après Noël ( il y avait encore 2 VVN sur le rucher!) et j’ai fait une lecture 7 jours après: 2 ruches à 10 et à 12, les autres entre 0 et 2. Je compte donc faire un traitement VARROMED vers le 27 janvier, soit après une période d’au moins 3 semaines de froid en espérant que les reines aient fortement réduit leur ponte et qu’il y ait très peu de couvain… et je ferai un nouveau comptage après 9 jours de rémanence. A suivre donc!

    Eric

  • #2748

    Président
    Modérateur

    Merci Eric, pourrais-tu préciser la localisation de tes ruches ? Cette localisation (bord de mer, montagne, intermédiaire…) influe évidemment sur le climat ambiant et la température et donc la ponte de la reine. Gilles

  • #2814

    Trésorier
    Modérateur

    Bonjour,

    Mes ruches sont en hivernage à Gassin et effectivement les températures nocturnes ne sont pas les mêmes qu’à Draguignan (d’où les VVN à Noël!).

    Eric

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.